Loading...
Accueil > Collège  > Histoire des arts – 4ème : La photographie au XIX° siècle

Histoire des arts – 4ème : La photographie au XIX° siècle

Le principe

La photographie est une trace laissée par la lumière, une sorte d’empreinte que l’objet, posé sur une surface sensible, laisse sous l’action des rayons lumineux. L’idée de fixer cette trace est à l’origine des premières recherches sur la photographie. C’est de l’association de la camera obscura et de la chimie que va naître la photographie.

La camera obscura

Le principe de la camera obscura est connu depuis l’antiquité. Elle se compose d’une chambre noire de forme cubique et d’un petit orifice, situé sur une des parois, laissant passer les rayons lumineux. Une image inversée de ce qui est situé en face du trou se projette sur la paroi de la chambre opposée au trou. Il ne reste plus qu ‘a trouver le moyen de fixer l’image de façon définitive.
Au XVI° siècle, l’image projetée sur le fond de cette chambre s’améliore grâce à l’introduction de la lentille. La chambre est alors utilisée par de nombreux artistes pour observer le réel et construire une image plus proche du modèle ainsi qu’une échelle des proportions plus juste.
C’est dans la première moitié du XIX° siècle que la chimie va permettre de fixer cette image grâce aux recherches de Nicéphore Niépce.

La camera obscura de N. Niépce

L’invention de Nicéphore Niépce et ses développements

Depuis 1816, Nicéphore Niépce cherche le moyen de reproduire mécaniquement des images sans avoir recours à la main d’un graveur. En 1826, il obtient la première image de paysage en exposant une plaque métallique recouverte d’une préparation sensible à la lumière placée dans une camera obscura. L’exposition dure entre 12 et 18 heures.

Nicéphore Niépce, Première photo, 1826

En 1839, Daguerre, ancien associé de Niépce, réalise une image bien nette d’un boulevard de Paris, Le faubourg du temple.

Daguerre, Le Faubourg du temple

En 1840, Hippolyte Bayard réalise des images photographiques sur papier.
Le britannique William Henry Fox Talbot qui a entrepris des recherches depuis 1834, présente en 1840, à l’académie des sciences un processus négatif-positif sur papier permettant de multiplier les reproductions qu’il nomme calotype. Le temps d’exposition à la lumière est encore très long cependant.

H.F. Talbot, Le premier calotype

Gustave Le Gray (1820-1884) améliore le processus inventé par W. H. F. Talbot de façon à rendre la prise de vue plus rapide et à produire plus de nuances de gris sur la photo.

Gustave Le Gray, La reine Hortense, 1857

Le physicien Wilhelm Röntgen (1845-1923), découvre l’effet des rayons X sur la surface sensible du papier photographique. Il invente de ce fait la première radiographie qui permet de voir l’intérieur du corps humain.
Les arts et la science se croisent grâce au nouveau médium photographique.

Röntgen, Première photo aux rayons X

La photographie permet de…

…garder la trace

Dès l’invention du daguerréotype, l’institution des Monuments historiques lance la mission héliographique (c’est comme cela qu’on appelle la photographie à cette époque) qui a pour but d’enregistrer l’état du patrimoine architectural français. Aussi, de nombreuses expéditions archéologiques relèvent des images de l’Orient méditerranéen. Elles seront utilisées comme source documentaire par les archéologues ou par les artistes peintres.

Baldus, Arc de triomphe du Carrousel

Gustave Le Gray, Les princes et leur suite sur l’île de Philae, 1867

L’exactitude et la précision de l’image photographique apporte le moyen de fixer l’image des individus. A partir de 1850, le portrait est à l’origine d’un véritable engouement pour la photographie. Des dizaines d’ateliers s’installent à Paris. Le développement du portrait photographique entraîne la ruine de très nombreux peintres spécialisés dans ce domaine et celui de la miniature.

Daguerréotype, vers 1850

Nadar, Charles Baudelaire, 1855

Eugène Disdéri, Napoléon III et Eugénie, 1865

…mieux voir

La photographie est immédiatement utilisée par les astronomes pour fixer et mieux observer les formes de la Lune. En 1851, l’américain John Adams Whipple en produit des images très précises à l’observatoire de Harvard aux États-Unis.

John Adams Whipple, Vue de la Lune, 1852

Au cours des années 1880, Étienne-Jules Marey et Eadwaerd Muybridge inventent la chronophotographie qui permet d’observer en détail le mouvement. Grâce à la sensibilité grandissante des surfaces captant la lumière, l’image photographique devient une sorte de prothèse oculaire qui permet de décomposer les mouvements rapides, ce que l’on ne pouvait faire avant cette fin de siècle.

Jules Étienne Marey, Le vol d’un pélican, vers 1882

…reproduire

Nicéphore Niépce cherchait à reproduire mécaniquement une image sans avoir recours à la main de l’homme. En 1840, le processus inventé par W. H. F. Talbot permet de produire plusieurs images, appelées positifs à partir d’une première image appelée négatif. C’est ce système, progressivement amélioré, qui sera qui sera adopté par l’industrie photographique jusqu’à l’invention de la photo numérique.

H.F. Talbot, Un chêne en hivers, négatif et positif

Vers la toute fin du XIX° siècle des journaux anglais et américains publient des clichés photographiques en similigravure. En 1910, en France, est crée le journal Excelsior qui présente un grand nombre d’illustrations photographiques. C’est à cette période qu’on assiste à la naissance des médias modernes.

Le revue Excelsior

…témoigner

La guerre de Crimée (1854-1855) est la première guerre photographiée. Ces première images de guerre impressionnent les spectateurs et attirent l’attention de Charles Baudelaire, poète et critique d’art.

Roger Fenton, Le zouave blessé, 1855

Mais, ce n’est au début du XX° siècle que naît vraiment le photojournalisme grâce à l’amélioration de la technologie et au progrès de la reproduction. La photographie permet de rendre compte de l’actualité et présente donc un créneau économique important. Il s’agit de représenter des événements politiques, des visites officielles, des activités sportives, des accidents.

Léon Gimple, Un bus tombé dans la Seine, 1911

…créer

Ce n’est que progressivement que les photographes se considèrent comme des artistes ou que les peintres s’emparent de ce nouveau médium.
La pratique se démarque petit à petit des nombreux usages scientifiques de la photographie mais les thèmes choisis restent liés à la tradition de la peinture européenne. Contrairement à la recherche permanente de la netteté et la précision qui est l’un des attraits de la photo, les « pictorialistes » cherchent à exprimer leurs sentiments dans des contours flous et une composition classique rigoureuse..
Ce n’est qu’au tout début du XX° siècle que l’on commence à reconnaître la photographie comme un moyen d’expression artistique.

Julia Margaret Cameron, L’Annonciation, 1868